N'oubliez pas que BELLE PARISIENNE est un forum se situant en France, privilégiez donc les noms à consonance française
Votez pour nous sur le top site!

Partagez | .
 

 raphael + sometimes you are your own trigger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 17:57

Raphael Carmichael
Nom — Carmichael. Prénoms — Raphael. Date & lieu de naissance — Seize Juin 1985, à Londres. Age — Vingt-neuf ans. Nationalité — Double nationalité française et anglaise. Métier ou études — Expert en arts; il compte ouvrir une galerie et pratique également la sculpture et la photographie. Orientation sexuelle — Hétérosexuel. Statut — Célibataire. Groupe — la bohème. Avatar — Jamie Dornan. Qualités — charismatique ~ sociable ~ généreux ~ ouvert ~ loyal ~ affectueux. Défauts — perfectionniste ~ jaloux ~ rancunier ~ têtu ~ possessif ~ impulsif

et sinon, moi c’est…
Prénom  — Hella. Pseudo — — Paperdolls.  Présence — Minimum 3 jrs par semaine. Et comment t’es arrivé là — Bazzart. Dis moi un truc drôle — Quand le schizophrène, et bah ça ralentit. Ton smiley préféré —   . Ta chanson préférée — Milk - Kings Of Leon.



Dernière édition par Raphael Carmichael le Mar 25 Mar - 11:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 17:57

nous portons tous des choses à l’intérieur que personne d’autre ne peut voir.
Les contraires s'attirent: Dirait un célèbre dicton et si ce dernier ne sait jamais révéler véritable pour ma part il ne fut que dès plus exact pour mon père et ma mère. Cameron Carmichael : éminent scénariste de son état connu pour sa nature perfectionniste et sa connaissance parfaite et exemplaire de l'histoire du cinéma. Un homme qui s'avérait redoutable et stricte tant sur le point professionnel que dans la vie de tous les jours. Cameron était un modèle de droiture, un moralisateur en puissance qui analysait les êtres l'entourant d'un regard critique et dur. Mais au delà de son extrême autorité Cameron demeurait également un homme superbe dont l'élégance naturelle rehaussait la fierté animal de son être. Ses yeux noirs, profonds et insondables ouvraient la voir aux fantasmes les plus fous tandis que de nombreuses femmes se voyaient déjà pendu à son bras, se pavanant au côté de cette force de la nature capable de maîtriser et gérer absolument toutes ses émotions :"un parfaite machine à tuer" m'étais-je souvent dit alors que, moi-même soucieux de mon avenir je me demandais en l'observant combien de criminels avaient gardés leur liberté à cause de lui. Qui aurait alors pu penser qu'un tel homme tomberait amoureux d'une telle femme. Ma mère... Elle portait le divin nom de Lucie et dans ses grands yeux bleus se lisaient sa joie de vie qui ne semblait jamais s'éteindre. Ma mère, petite française venue se frotter à la vie anglaise alors qu'elle arrivait tout juste sur ses 19 ans. Une petite innocente croyant en la bonté de l'humanité et dont le cœur, débordant d'amour et d'énergie et de générosité la poussait à se prendre le partie des cas désespérés. Oui, ma mère était de ces bénévoles qui se battent comme des acharnés pour l'égalité des hommes, pour que les sans papiers puissent être légalisés et qui aurait remuée ciel et terre pour sauver un quasi-inconnu de la panade. Et sans doute est-ce cette innocence, cette soif de vie et ce caractère emporté qui charma en tous points mon père. Le rigide et la rêveuse, le cartésien et la fan de sciences fictions et toutes ces choses se rapportant de prêt ou de loin au paranormal. Une entente improbable d'autant plus que ma mère n'a jamais vraiment comprit la passion dévorante de mon père pour son métier. Cela fut donc un des sujets de discorde principale chez le couple néanmoins, je crois que c'est très exactement cette mésentente qu'ils recherchés tout deux. Se jeter dans l'action, défendre tour à tour son point de vu pour finalement trouver entente et réconciliation dans une étreinte langoureuse et passionnée. Ils ne voulaient pas se mettre d'accord, aucun des deux ne voulait convaincre l'autre de la véracité de ses propos simplement, les engueulades faisaient partie du jeu et c'est cela qui les faisait s'aimer plus que tout au monde.
Mon nom aussi fut un sujet de discorde et vous pourrez d'ailleurs aisément remarquer l'étrangeté de mon identité. Benjamin Raphael. Un mélange improbable, étonnant à l'image du couple qu'il formait et, après quelques années de réflexions je crois moi-même être fier de porter un tel prénom. Raphael tout d'abord, choix de ma mère, amoureuse des contes et des légendes bibliques elle trouva l'inspiration dans une histoire invraisemblable d’anges, vampires et autres bêtes redoutables se confrontaient. Oui, je porte bel et bien un nom d’un ange et ma mère se plaisait souvent à me nommer ainsi sachant pertinemment que cela m’agacerait au plus au point. Lucie à toujours aimé la confrontation, avec mon père mais également avec moi et je crois avoir également aimé cela. Et enfin, Benjamin, prénom choisit par mon cartésien de père bien évidemment, prénom ayant appartenu à son propre grand-père en qui il avait toujours eu une grande admiration. Mes parents m'ont souvent narrés les aventures de ma naissance, "j'étais pressé de vie" disait ma mère alors que mon paternel ce remémorait la course poursuite pour arriver à temps à l'hôpital : "finalement ta mère n'a rien trouvé de mieux qu'accoucher dans la voiture". Une naissance douloureuse paraît-il, j'étais pour reprendre ses dires un "sacré morceau" néanmoins il me suffisait de voir son sourire pour comprendre que mon arrivé fut le plus beau jour de leur vie. J'étais la cerise sur le gâteau, l’apothéose, la preuve irréfutable que, malgré leurs différences ils avaient su s'aimer et enfin parvenir à donner à leur tour la vie. Autant dire que je fus un môme particulièrement comblé. Lucie et Cameron au delà de leurs querelles habituelles demeuraient des parents exemplaires qui prenaient chaque décision d'un comme un accord. Présent et à l'écoute ils connaissaient les limites à ne pas dépasser et je pus ainsi échapper au titre "d'enfant gâté" que l'on aurait aisément pu me coller à la peau. Oui, mon lieu de vie demeurait dès plus agréable néanmoins ma mère fit en sorte que je ne sois jamais noyé sous les cadeaux. Elle était bien moins matérialiste que mon père et parvenait à freiner sans trop de difficultés ses ardeurs et de cela je lui en suis aujourd'hui particulièrement reconnaissant. Qu'il est dur de vivre lorsque l'on désir sans cesse les possessions du voisin, qu'il est fatiguant, usant de vouloir toujours plus et de ne jamais se contenter de ce que l'on a déjà. L'être humain est bien trop souvent aveugle et ne prend que trop peu la mesure qu'il possède déjà. Cette leçon, se fut ma mère qui me l'enseigna et, bien que je fus encore un môme dépassant à peine la hauteur de trois pommes cette notion brève du bonheur s'inscrivit evidemment dans mon esprit pour ne plus jamais me quitter.
On chante et on rit, on crie, on hurle tout en fermant les yeux face à la force du vent qui fait voler nos cheveux dans tous les sens. J'ai douze ans et se sont mes toutes premières vacances. Mon père, se déridant pour une fois avait laissé de côté ses obligations pour se fondre le plus naturellement du monde dans la peau d'un autre homme. Et je le voyais à présent, au volant de sa décapotable reprenant en cœur avec ma mère le refrain de la chanson. Son accent français était dès plus pitoyable et je me souviens combien cela me faisait rire lorsqu'il s’essayait à cette langue. Cameron n'avait jamais été très doué pour le français mais il en était tout autre pour moi. Ma mère m'ayant parlé aussi bien américain que français je maîtrisais à présent les deux langues et pouvais aisément tenir une conversation avec ma mère. Cela avait le don d'agacer mon père mais à moi, cela me plaisais. Il faut dire que je me sentais beaucoup plus proche de cette dernière et je portais sur son visage cet habituel regard émerveillé et fasciné que portent généralement les enfants sur leurs parents. Lucie et sa force, Lucie et son innocence, Lucie qui prenait attention à mes envies et m'écoutais patiemment lorsque je me lançais déjà dans de longs débats philosophiques. J'étais particulièrement éveillé comme môme et je possédais une soif de savoir inépuisable qui mettait parfois les nerfs de mon père à rude épreuve. Je voulais comprendre, tous voir, tous saisir aussi est-ce pour cela que, pour la première fois de sa vie mon père avait prit le volant, quittant Brighton pour rouler jusqu'à une petite bourgade de Slindon où une modeste caravane nous attendait. Ces vacances furent sans doute les plus belles de toute ma vie et je me souviens comme si c'était été hier de la tête de mon père lorsqu'il découvrit le lieu où nous allions devoir loger. Imaginer, un homme habitué au confort et au luxe qui soudain débarque dans un coin de campagne pommé et oublié du monde. C'était drôle d'autant plus qu'il en voulut pendant deux jours entiers à ma mère d'avoir monté cette mauvaise blague avec moi. Mais, finalement, il c'est déridé et je me souviens encore de ces longues veillées autour du feu où ma mère n'où faisait part de la beauté de sa voix tandis que mon père me montrait l'un de ses talents cachés : son attrait pour la guitare. Comprenez maintenant d'où me vient cette passion que mon père tâcha de m'enseigner le plus consciencieusement possible. Cela nous rapprocha je crois bien que la guitare ne fut pas suffisante pour maintenir nos liens forts et soudés.
Grandir... En voilà un mot dénué de sens. Grandir, pour voir s'envoler nos illusions et nos rêves d'enfants, pour voir s'approcher l'instant atroce où vous deviendrez adulte et où, vous, vous rendrez compte, sans doute trop tard, que la jeunesse est derrière vous. A seulement 15 ans j'avais déjà conscience de cela et, à l'heure où mes amis parlaient d'avenir et de tous ce qu'ils réaliseraient une fois la maturité atteinte je me disais silencieusement 'mon Dieu, faite que le pas m'épargne et ne file pas trop vite. Il ne m'a pas écouté bien entendu et l'adolescence fut une dure période de remise en question pour moi. Comme tous jeunes hommes je me cherchais, tâchais de me construire une identité tout en évitant d’accepter les horreurs que la nature m'imposait. Je n'étais pas très beau étant jeune, plutôt maladroit et empâté je n'étais pas non plus dès plus doué pour me faire des amis alors imaginez la catastrophe avec les filles. Je me suis donc à peu à peu renfermé sur moi-même. Conscience de ma différence je n'étais pas quelqu'un que l'on pouvait appeler conviviale et pendant longtemps l'étiquette de "l'intello de la classe" mais resté collé aux fesses. Néanmoins, cela ne me dérangeait pas tant que cela. Je me plaisais dans mes livres et j'ai ainsi pu me consacrer à la pratique de la guitare mais également de la sculpture. Un des nouveaux passes temps de ma mère qui, contre toute attente me permit de me réconcilier avec moi-même. La sculpture, le chant, la guitare mais aussi la composition me permis de m'exprimer, de libérer cette sensibilité qu'il y avait en moi et, peu à peu, de prendre confiance en moi. Ce fut également à cette époque je me pris d'un engouement soudain pour le sport. Bien décidé à mettre fin à ma silhouette ingrate je trouvais mon compte dans la pratique de la boxe mais également du footing si bien que le jeune adolescent garçon sans intérêt que j'étais devins fit peu à peu place à l'homme que j'étais en passe de devenir. J'entrepris des études littéraires a Londres, Oxford puis c'est une filière artistiques que je suivis a Paris. Mon français n'était pas si bon a l'époque, a vrai dire je ne connaissais que les quelques bases que ma mère avait insisté a me faire apprendre. Puis au fil du temps, cela s’améliora bien que j'ai toujours l'accent anglais très prononcé lorsque je parle. Il faut dire que je suis tombé amoureux de Paris depuis ma tendre enfance. Je venais souvent avec ma mère pour voir mes grands parents ici, et la culture l'ambiance m'avaient particulièrement plu. Alors lorsque l'occasion de terminer mes études ici se présenta, je n’hésitai pas deux secondes, j'allais également intégrer l'une des meilleures écoles françaises. Une fois diplômé, c'est un voyage autour de l'Asie que j'entrepris. Je ne suis pas le genre de personne qui perdait du temps oui, je voulais ce voyage depuis longtemps et autant le faire jeune. A présent de retour dans la ville des lumières, je pense a lancer un projet de galerie d'art a Montmartre. Et je viens d’acquérir le local, ce n'est que le début du reste de ma vie ...


Dernière édition par Raphael Carmichael le Lun 24 Mar - 20:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solweig Davis
❝ miss impératrice
avatar
❝ miss impératrice
MESSAGES : 293
INSCRIT(E) LE : 06/03/2014

Feuille de personnage
RP avec:
Citation:

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 17:57

joli garçon I love you
bienvenue ici, si tu as des questions, n'hésites pas! (:

_________________
Δ bang bang, he shot me DOWN © signature by anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 17:59

merci   
je n'hésiterai pas

_________________


Then she smiles, like it’s the first time she’s seen sun after a decade of winters©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Alice Martin
❝ les potes avant les putes!
avatar
❝ les potes avant les putes!
MESSAGES : 128
INSCRIT(E) LE : 22/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 18:23

Bienvenue I love you Omg ce choix d'avatar :hanwi:

_________________
BAD BLOOD
ALL THESE BAD BLOOD HERE, WON'T YOU LET IT DRY? IT'S BEEN COLD FOR YEARS, WON'T YOU LET IT LIE ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Vallès
❝ livreur d'amour
avatar
❝ livreur d'amour
MESSAGES : 241
INSCRIT(E) LE : 07/03/2014

Feuille de personnage
RP avec:
Citation:

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 18:46

Oh mon dieu Jamie je fonds    ( :louis: )
Bienvenue parmi nous, en plus j'adore aussi ton pseudo si jamais tu as des questions ou quoi que ce soit, n'hésite pas  
Bonne chance pour ta fiche :**: 

_________________

somebody told the stars you're not coming out tonight, and so they found a place to hide. am
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola d'Albignac
❝ distributrice de bonheur.
avatar
❝ distributrice de bonheur.
MESSAGES : 85
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 21:08

bienvenue vous  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 21:10

Merci beaucoup, vous êtes choux  I love you  

_________________


Then she smiles, like it’s the first time she’s seen sun after a decade of winters©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien Duvauchelle
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 49
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Dim 23 Mar - 21:51

DORNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN
*fond*
Bon courage pour ta fiche, et jveux un lien ! toplait

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ollie Hemsworth
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 22
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Lun 24 Mar - 19:36

Il nous faudra un lien môsieur qui parle anglais   
Bienvenue ! Quel choix d'avatar canon   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Mar 25 Mar - 11:22

Avec grand plaisir pour le lien  :solweig: 
Dobrev et Harding sont juste canons  :**: 
Merci beaucoup   

_________________


Then she smiles, like it’s the first time she’s seen sun after a decade of winters©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solweig Davis
❝ miss impératrice
avatar
❝ miss impératrice
MESSAGES : 293
INSCRIT(E) LE : 06/03/2014

Feuille de personnage
RP avec:
Citation:

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Mar 25 Mar - 11:25

tu écris si bien, j'ai adoré ton histoire   

Bravo, tu es validé !
On te souhaite la bienvenue chez les fous, qui sont ravis de t'accueillir J'espère que tu te plairas en notre compagnie et que tu passeras de bons moments sur la belle parisienne Pour te guider dans tes premiers pas, voici les liens utiles :

Tout d'abord, il est important que tu ailles faire recenser ton avatar, par ici. Pour évoluer dans le RP, ton personnage aura besoin de liens. Pour créer ta fiche, c'est par ici. Ensuite, tu devras faire recenser ton métier ici, même si tu es encore un étudiant. Bien sûr, comme tu ne vis pas à la rue, il te faudra aussi recenser ton logement sur ce sujet . Ces trois premiers liens sont très importants, donc ne passe pas à côté.

Si jamais tu as d'autres demandes (un rang spécial, archiver un rp...) c'est dans ce coin ci que ça se passe. Ensuite il te prendra peut-être l'envie de créer un scénario, c'est alors ici que tu devras le faire. Si tu recherches des liens sans avatar précis, tu as aussi le babillard qui fonctionne comme un système de petites annonces.

Enfin, n'oublie surtout pas de t'amuser, puisque c'est surtout pour ça que tu t'es inscrit. Le flood est là pour toi et tu verras, tu t'intégreras très vite. Voilà, le petit discours est fini, amuse-toi bien parmi nous !

_________________
Δ bang bang, he shot me DOWN © signature by anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphael Carmichael
❝ petit membre
avatar
❝ petit membre
MESSAGES : 28
INSCRIT(E) LE : 23/03/2014

MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   Mar 25 Mar - 11:39

Ow   merci beaucoup   

_________________


Then she smiles, like it’s the first time she’s seen sun after a decade of winters©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: raphael + sometimes you are your own trigger.   

Revenir en haut Aller en bas
 

raphael + sometimes you are your own trigger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La belle Parisienne :: PREMIERS PAS :: ► Vos papiers s'il vous plaît ! :: Présentations validées-